accueil Actualités Réhabilitation du quartier de l’Ocil à Pontault-Combault
Entreprise - 07.04.2022

Réhabilitation du quartier de l’Ocil à Pontault-Combault

C’est un chantier de grande envergure qui s’achève à Pontault-Combault (Seine-et-Marne). Le quartier de l’Ocil et son ensemble, composé de 950 logements datant des années 60, bénéficient d’une complète reconstruction-réhabilitation. Avec une double ambition impulsée par le maître d’ouvrage et bailleur social Seqens, filiale du Groupe Action Logement : rénovation énergétique et rajeunissement des 18 bâtiments. Pour atteindre ces objectifs, l’agence HB Architectes Associés a choisi la solution Myral pour les 10 000 m2 de façade à traiter. Convaincu par notre système d’isolation par l’extérieur (ITE), l’architecte du projet, Laurent Der Khatchadourian, explique pourquoi son choix s’est arrêté sur Myral. Témoignage.

 

Quelle est l’activité de l’agence HB Architectes ?

Laurent Der Khatchadourian : Notre agence a été fondée en 1994 à Paris. Nous sommes aujourd’hui trois associés qui avons repris l’activité il y a 7 ans. Nous faisons de la réhabilitation de logements sociaux comme nous pouvons le faire avec Myral à Pontault-Combault. Nous intervenons sur de la restructuration, de la réhabilitation tertiaire et construisons aussi des logements neufs dans le secteur social. Et enfin, nous avons une spécialisation en traitement des eaux, les usines de traitement des eaux usées ou d’eau potable. Le logement social représente environ 55% de notre activité.

 

En tant qu’architecte, comment abordez-vous le logement social ? Quel est votre rôle ?

Laurent Der Khatchadourian : Logement social et enjeux énergétiques sont intimement liés. Mais changer son image est pour nous un leitmotiv important. Au travers des matériaux que l’on va choisir pour l’enveloppe des bâtiments, nous nous attachons à transformer cela. Dans les faits, nous arrivons souvent sur un patrimoine qui est stigmatisé HLM. Et le premier exercice - sans doute le plus important - c’est d’en changer l’image et d’apporter à ces ensembles un caractère résidentiel. C’est par ce biais là que des locataires nous remercient. Certains nous disent : « nous avions honte d’habiter là et désormais, nous sommes fiers d’habiter ici ! ».

 

« Les architectes sont assembleurs de matériaux : sans fabricant, on ne peut rien faire »

 

Comment appréhendez-vous votre champ d’intervention ?

Laurent Der Khatchadourian : La réhabilitation, à l’extérieur, ce sont les façades, les menuiseries extérieures, les toitures, tout ce qui va faire l’enveloppe thermique du bâtiment. Mais ce n’est pas que l’extérieur. Il y a aussi l’intérieur avec les parties communes, les halls d’entrée, les paliers d’étage. Et puis, il y a les parties privatives. La plupart du temps, on rénove à 100% les pièces humides, c’est-à-dire les sanitaires, les cuisines, les salles de bain. L’électricité est aussi entièrement refaite. Notre champ d’intervention en réhabilitation, c’est une approche globale avec comme objectif premier le confort des locataires.

 

Comment avez-vous découvert Myral et sa solution ?

Laurent Der Khatchadourian : Cette rencontre a eu lieu il y a 3 ans. C’était justement dans le cadre du projet de Pontault-Combault. Il faut rappeler que les architectes sont des assembleurs de matériaux. S’il n’y a pas de fabricants, on ne peut rien faire, ils sont essentiels. On se nourrit régulièrement de la presse spécialisée pour prendre connaissance des nouveaux produits, des nouvelles solutions, soit au travers de réalisations présentées dans les magazines, soit au travers de pages de publicité. C’est de cette manière que nous avons découvert les produits Myral.

 

« Une architecture cinétique proche de la façade miroir »

 

Et qu’est-ce qui vous a plu dans la solution Myral?

Laurent Der Khatchadourian : Ce qui m’a d’abord séduit c’est le revêtement, l’aluminium pré-laqué Euramax. La gamme de teintes est très intéressante. L’association par Myral de la mousse et du parement est aussi très pertinente. Ce qui m’intéressait particulièrement avec la gamme Alunatur, c’est le côté changeant du matériau. Il a un taux de réflexion qui est assez important. On est presque dans de l’architecture cinétique, c’est-à-dire que lorsqu’on va se déplacer, la façade va évoluer avec le reflet. S’il fait beau, elle va même jusqu’à s’effacer et refléter le ciel. On n’est pas loin de la façade miroir. L’effet obtenu est convaincant.

 

Quels sont, selon vous, ses autres atouts ?

Laurent Der Khatchadourian : Il y a les formats. Même si nous sommes contraints par le format de 50 centimètres de large, nous pouvons aller jusqu’à 14 mètres de long. Ce qui est bien, c’est que sur un bâtiment de 8 étages, on peut redécouper les panneaux et aller de deux étages en deux étages.

Aussi, il y a une rapidité de mise en œuvre, une légèreté du matériau qui fait qu’au niveau du coltinage et de la pose, c’est plus facile pour le compagnon. C’est simple à ajuster. A Pontault-Combault, nous n’étions que sur des parties pleines ou faiblement perforées. Le bâtiment dans son écriture originelle correspondait bien à l’application du matériau.

 

« Nous faisons dialoguer les barres et les tours avec l’aluminium de la solution Myral »

 

Vous êtes très sensible à la technique de pose et à la rapidité de mise en œuvre pour le compagnon…

Laurent Der Khatchadourian : C’est un argument important. Le compagnon est plus à l’aise en procédant ainsi plutôt qu’à poser des panneaux de laine de roche. Comme il y a de grandes longueurs, avec une largeur vraiment correcte de 50 centimètres, on arrive à faire des aplats très rapidement. C’est important de penser à ces questions qui facilitent la mise en œuvre des compagnons.

 

Quelles étaient les grandes lignes du projet de Pontault-Combault ?

Laurent Der Khatchadourian : A Pontault-Combault, on compte 934 logements répartis sur 18 bâtiments sur plus de 50 hectares de terrain. Il s’agit de bâtiments bas en R+4 et de 10 tours en R+8. Cet ensemble avait déjà été réhabilité pour la moitié. Le parti pris était d’avoir une écriture architecturale commune dans la rénovation des 10 000 m2 de façades, mais avec une variation de teintes sur la base de mêmes matériaux. Nous avons fait une association entre les barres et les tours avec le fameux aluminium. Nous avons créé ce qui peut faire penser à des résidences. Il y en a une qui est champagne, une autre qui est argent et une dernière qui est un peu plus dorée. Nous avons donc redécoupé ce grand ensemble en plus petites résidences. Nous avons fait dialoguer les barres et les tours avec l’aluminium de la solution Myral, les entourages de baies et les traitements en meneaux entre fenêtres. Sur les barres, nous avons aussi appliqué du Myral sur les cages d’escalier et sur la partie en attique avec du red brushed zinc. J’ai finalement voulu opposer le côté mat avec l’aspect zinc au côté brillant des tours. Ce sont des teintes reconnues par tout le monde. Les façades sont assez sobres. C’est ce qui donne ce caractère résidentiel.

 

« Grâce à ce manteau qui enveloppe le bâtiment, tous les ponts thermiques sont réduits »

 

Qu’est-ce qui rend singulier ce projet ?

Laurent Der Khatchadourian : A Pontault-Combault, c’est vraiment l’aspect esthétique qui a fait la différence dans le choix de la solution Myral. On peut aussi parler de l’aspect technique, de la facilité de mise en œuvre, de la légèreté du matériau, de ses caractéristiques thermiques, il y a tout ça. Mais ce qu’on va retenir, ce que tout le monde va retenir, y compris les locataires, c’est l’aspect esthétique. La durabilité est également importante. On est sur une durée de 30 ans pour la tenue de l’aspect, ce qui est considérable !

 

La performance thermique entre-t-elle en ligne de compte ?

Laurent Der Khatchadourian : Bien sûr ! Sur tous ces projets, le premier enjeu est évidemment la performance thermique. Nous partons de bâtiments qui ont une étiquette énergétique assez mauvaise et nous allons jusqu’à du BBC rénovation. Nous avons des gains en kWh qui sont très élevés. Nous n’obtenons pas ça uniquement avec la façade mais la façade y participe beaucoup. C’est aussi les menuiseries extérieures, la ventilation, la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire. Le fait de mettre un manteau sur le bâtiment permet de réduire tous les ponts thermiques. Avec les questions de labellisation, nous sommes tenus à mettre en œuvre des matériaux pour lesquels les résistances thermiques sont bonnes. Sur ce projet, la solution Myral est associée à une mousse résolique de chez Kingspan. L’association des deux, pour une épaisseur qui est très correcte, de l’ordre de 13 centimètres, offre une très bonne résistance thermique avec un R de 5,85.

 

« La longueur de panneau est un point intéressant en R+8 »

 

Sur ce chantier de Pontault-Combault, comment avez-vous géré la grande hauteur ?

Laurent Der Khatchadourian : Nous avions effectivement des bâtiments qui allaient de R+4 à R+8 avec les tours. Pour ces tours en R+8, nous avons 4 panneaux pour l’ensemble de la hauteur. Nous avons donc un panneau de pratiquement 6 mètres pour deux étages. C’est une longueur de panneau qui est assez inhabituelle. Et c’est un point intéressant chez Myral. C’est bien qu’on ait le choix.

 

Vous avez déjà réalisé un autre projet avec Myral ?

Laurent Der Khatchadourian : Absolument. A Sarcelles, il s’agissait aussi d’un ensemble des années 60. Nous devions isoler le bâtiment par l’extérieur. Il s’agissait seulement de l’enveloppe des façades. Il fallait traiter une grande barre en R+9. Pour cela, nous avons choisi l’Elox Alunatur de Myral. L’Elox est un peu différent, il est moins brillant que la finition choisie pour Pontault-Combault. Nous avons opté pour une gamme argentée et une gamme qui tend plus vers le bronze. C’est un bâtiment qui était un peu trop massif et qui avait un ordonnancement très vertical. Nous avons donc essayé de passer sur un ordonnancement un peu plus horizontal.

 

« Une relation qui va au-delà du produit »

 

Après l’expérience de Pontault-Combault et celle de Sarcelles, avez-vous envie de réutiliser la solution Myral pour de futurs projets ?

Laurent Der Khatchadourian : Il est certain que l’aventure Myral n’est pas terminée. J’ai quelques fabricants comme ça avec qui j’aime travailler. Je suis convaincu du matériau. La solution Myral fait désormais partie de la matériauthèque HB Architectes ! Comme nous travaillons sur l’enveloppe du bâtiment, c’est notre intérêt aussi de rechercher de nouveaux matériaux et d’être au plus près des fabricants. Ce que j’ai avec Myral, c’est cette relation qui va au-delà du produit, c’est une relation collaborative. On arrive à trouver ensemble des solutions, main dans la main. Le côté humain est vraiment important.

 

L’accompagnement du Groupe Myral est important pour vous ?

Laurent Der Khatchadourian : C’est un aspect très appréciable. Avant de rentrer dans la phase chantier, nous avons toujours, sur des programmes importants comme celui de Pontault-Combault, toute une période de 6 à 9 mois d’étude. Et avec Myral, l’accompagnement commence dès le début. C’est un fabricant que l’on peut facilement solliciter pour lui demander s’il est possible d’appliquer le produit sur un bâtiment de 3ème famille ou encore quel est l’isolant complémentaire que l’on peut mettre en place. Je crois beaucoup à la relation humaine pour faire avancer un projet. Les services techniques de Myral sont toujours derrière, prêts à se déplacer pour montrer les choses. Lors des différentes phases d’étude, nous avons l’habitude de montrer des échantillons. Et avec Myral, nous les obtenons rapidement. Et surtout, quand on appelle et qu’on a un problème ou une interrogation, on nous rappelle, on nous accompagne. Et ça, nous l’apprécions beaucoup chez Myral !

Partager cette actualité

Myral Pro, solutions d'isolation par l'exterieur et d'habillage de façade de batîments publics et logements
© Myral | ZI rue du Triage 21120 Is-sur-Tille | tél : 03 80 95 40 70 | fax : 03 80 95 40 73 | Mentions légales
Nous utilisons des cookies
Ils assurent le bon fonctionnement du site.
En continuant votre visite, vous acceptez leur utilisation.
En savoir +