accueil Actualités [REPLAY] Webinaire Myral : Se préparer aux réglementations environnementales dans la réhabilitation
Evénement - 01.06.2022

[REPLAY] Webinaire Myral : Se préparer aux réglementations environnementales dans la réhabilitation

Des échanges passionnants et passionnés sur un sujet phare de l’actualité du secteur. C’est ce que nous ont proposé, le 12 mai, les 3 intervenants du nouveau webinaire Myral dont le thème était : « Acteurs du bâtiment, comment préparer l’arrivée des réglementations environnementales dans la réhabilitation ? » Julien Bagnard (Myral), Pierre Laruaz (Isore Bâtiment) et Damien Cuny (Kompozite) ont partagé l’origine de leur engagement en faveur de la baisse de l’impact carbone, la stratégie de leur entreprise, ainsi que leurs conseils pour que chacun engage sa révolution. Et le public a répondu présent ! Retrouvez le webinaire en vidéo.

Une centaine de spectateurs tout au long des 70 minutes d’échanges, des questions pertinentes et un retour très positif des participants… Tel est le bilan de la nouvelle conférence en ligne proposée par le groupe Myral.

Il faut dire que dans le contexte actuel (objectif de neutralité carbone du pays en 2050, entrée en vigueur de la RE2020 dans le neuf, lutte contre les passoires thermiques), ce thème de « la préparation à l’arrivée des réglementations environnementales dans le secteur de la réhabilitation » résonne pour de nombreux acteurs du bâtiment. C’est ainsi dès l’entame des échanges, l’audience était large et rassemblait des responsables de groupes de la construction, de bailleurs sociaux, de collectivités et de la promotion immobilière, des architectes, des membres de bureaux d’études, des techniciens du bâtiment, des représentants d’industriels et d’organisations du secteur, ainsi que des journalistes spécialisés.

 

Les 3 experts qui ont débattu sur la thématique du jour représentaient plusieurs maillons de la chaine de la réhabilitation des bâtiments, mais ils sont surtout des ressources pour les maîtres d’ouvrages et les maîtres d’œuvre quand il s’agit de travailler l’enveloppe du bâtiment en prenant en compte la réduction de l’impact carbone.

Ainsi Julien Bagnard, responsable du développement du groupe industriel Myral spécialiste de l’ITE, Pierre Laruaz, président d’Isore Bâtiment entreprise experte des travaux en filière sèche des façades ventilés ou des vêtures, et Damien Cuny, président de Kompozite la plateforme d'aide à la conception de bâtiment bas-carbone, ont entamé les débats en partageant le cheminement de leur prise de conscience sur les questions environnementales. Tous les trois ont exprimé « leur sensibilité face à la part considérable de l’empreinte carbone du monde du bâtiment » et la nécessité de s’interroger. Car il y a urgence pour tous les acteurs à réagir, d’autant que le cadre réglementaire évolue.

 

Dans la réhabilitation, des premiers labels qui préfigurent la future réglementation

 

 « La prise en compte du carbone dans la construction c’est nouveau car la RE2020, qui vient d’entrer en vigueur dans le neuf, introduit cette notion, et c’est pour l’instant unique en Europe », a expliqué Damien Cuny en soulignant le poids des choix des solutions constructives. « Sur un bâtiment construit en 2022, 60 à 90% de l’impact carbone va venir des matériaux, contre 10 à 40% de l’énergie, si on regarde sur une période de 50 ans. »

Alors le secteur de la réhabilitation va aussi voir ses réglementations aller dans le sens de la RE2020. « Pour réussir le challenge de la neutralité carbone de la France en 2050 qui est l’objectif engagé par les pouvoirs publics, il va y avoir des seuils dégressifs dès 2025 et 2028. On voit d’ailleurs déjà en rénovation des labels qui commencent à analyser l’impact du carbone de ce type de projet. Ce sont les premières étapes à une législation comme cela s’est passé pour la RE2020. Donc si on n’est pas sur une temporalité immédiate, il est quasi-certain qu’il y aura dans les années à venir un cadre sur les matériaux et l’énergie économisée », prédit le président de Kompozite.

 

Pour autant sur le terrain, ces questions semblent encore assez loin des préoccupations. « On n’entend pas trop parler de carbone sur les chantiers, confirme Pierre Laruaz. Autant sur l’énergie, il y a une vraie réflexion qui est engagée par les maitres d’ouvrage et les maitres d’œuvre, mais sur le choix des matériaux et des modes constructifs, la prise de conscience doit encore progresser, même si on parle aujourd’hui beaucoup plus de recyclage et de réemploi. » Même constat du côté de Julien Bagnard et de Myral dont l’équipe prescription accompagne les décideurs : « On sent une attente de plus en plus forte mais elle a souvent du mal à se formaliser et elle est accompagnée de pas mal d’idées reçues. Car le sujet de la baisse de l’impact carbone et du choix des solutions et systèmes est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Il faut réfléchir de façon pragmatique et sans idéologie. »

 

Apprendre à lire la donnée carbone, choisir les bons matériaux aux bons endroits, hiérarchiser ses actions 

 

Alors, si on zoome sur la rénovation des façades, et qu’on s’intéresse, par exemple, à une question de spectateurs, qui est revenue plusieurs fois lors de ce webinaire : les matériaux biosourcés sont-ils la seule solution pour baisser l’impact carbone de la réhabilitation ? Voici la réponse des 3 experts :

« Quand on veut choisir un matériau intéressant, il faut penser système et prendre en compte les données du parement, mais aussi le poids carbone de l’ossature, qui change beaucoup de chose, a expliqué Pierre Laruaz d’Isore Bâtiment. Tous les matériaux ne conviennent pas à tous les projets. Un isolant biosourcé sera naturellement mieux adapté à une maison individuelle qu’à un bâtiment collectif en R+8 en zone sismique pour lequel la réglementation est bien plus stricte. D’autant que le sujet du risque incendie en façade vient réduire le nombre de solutions en biosourcé. »

 

Alors quels sont les conseils à donner aux acteurs du bâtiment pour engager leur (ré)évolution environnementale ?

- Pour Damien Cuny : « Il faut surtout apprendre à lire la donnée carbone et les méthodes de calcul pour notamment avoir une vision réaliste de la durée de vie du produit rapporté à son poids carbone. C’est cela qui doit guider les choix. »

- Pour Pierre Laruaz : « C’est choisir les bons matériaux aux bons endroits en prenant en compte l’impact global : système + pose. »

- Pour Julien Bagnard : « La clé est dans la hiérarchie des actions : comprendre l’impact de ses produits et de leur mise en œuvre, travailler un plan réaliste avec des échéances claires et mettre en place des actions qui ont pour but au final de massifier la rénovation énergétique. »

 

Pour écouter l’ensemble du webinaire et notamment les plans de réduction de l’impact carbone de Myral et d’Isore Bâtiment, ainsi que l’accompagnement proposé par la plateforme Kompozite, voici le replay du webinaire : 

 

 

 

Partager cette actualité

Myral Pro, solutions d'isolation par l'exterieur et d'habillage de façade de batîments publics et logements
© Myral | ZI rue du Triage 21120 Is-sur-Tille | tél : 03 80 95 40 70 | fax : 03 80 95 40 73 | Mentions légales
Nous utilisons des cookies
Ils assurent le bon fonctionnement du site.
En continuant votre visite, vous acceptez leur utilisation.
En savoir +