accueil Actualités S. Bonnot, PDG Myral : « Je soutiens le dispositif gouvernemental FAIRE, tout en restant vigilant »
Entreprise - 12.09.2018

S. Bonnot, PDG Myral : « Je soutiens le dispositif gouvernemental FAIRE, tout en restant vigilant »

FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer sur la Rénovation Energétique) c’est le nouveau dispositif du gouvernement visant à déclencher une dynamique autour de la rénovation énergétique des logements. Objectif : enfin faire décoller la chasse aux passoires thermiques, ces millions logements mal-isolés. Cette fois, la sensibilisation et l’information du grand public doit passer par le confort et une plateforme internet claire et simplifiée qui sera lancée d’ici début 2019. Des initiatives qu’appellent de ses vœux depuis plusieurs années Sylvain Bonnot, PDG de Myral. Réaction…

Quelle est votre réaction à l’annonce du lancement de cette campagne « Faire » ?

Sylvain Bonnot : Je soutiens cette initiative va évidemment dans le bon sens et c’est un message positif envoyé. 10 ans après le Grenelle de l’environnement, on est obligé de constater que nous sommes loin des objectifs initiaux. Il y a besoin que la dynamique de la rénovation énergétique soit (re)lancée et il y a des points intéressants dans ces annonces.

Lesquels ?

Sylvain Bonnot : Fort de nos 30 ans d’expérience en isolation par l’extérieur, et avec tous les aléas que le secteur a connus, je peux vous assurer que la demande constante des personnes qui ont le projet de rénover leur logement est la recherche de confort. C’est la notion que nous défendons avec notre solution et cela passe bien avant les économies à venir car, justement, les investissements importants en amont peuvent faire peur aux particuliers. Et pour la première fois, la base de la communication des pouvoirs publics va se concentrer sur cette notion de gain de confort, de bien être chez-soi. C’est vraiment plus proche des attentes des gens et cela pourrait faire écho.

Deuxièmement, la volonté de proposer un site web qui puisse regrouper toutes les aides est une excellente initiative et va peut-être pouvoir compenser les carences initiales. Les clients ont aujourd’hui beaucoup de mal à avoir une vision des dispositifs auxquels ils peuvent avoir droit. Tous les acteurs du secteur souffrent de cette opacité.

« Aider les propriétaires à rénover si besoin en échelonnant les travaux »

Le groupe Myral a une vision centrale, puisque vous êtes engagé sur le marché de la rénovation du pavillonnaire, mais aussi du collectif. Ces annonces sont aussi très importantes pour cette filière…

Sylvain Bonnot : Bien sûr ! Dans le secteur de l’habitat collectif il y a un delta de progression énorme, et notamment sur le marché des copropriétés qui représente aujourd’hui 8 millions de logements avec des besoins en rénovation très important vu l’état de certains immeubles. Le problème c’est que par nature avec la multitude de propriétaires, ces projets sont très long à démarrer, et lorsqu’en plus le dispositif d’aides est compliqué, cela devient mission impossible ! Alors là aussi, des arguments de confort pour obtenir le consensus et une clarification dans l’information, sont forcément les bienvenus.

Cependant, quels sont les sujets sur lesquels vous serez vigilants ?

Sylvain Bonnot : Il faudra d’abord veiller, et ça c’est très important, à laisser la liberté aux porteurs de projet de faire les travaux qu’ils souhaitent réaliser au moment où ils souhaitent le faire. Tous les professionnels ont compris que la rénovation la plus efficace était la rénovation globale (façades, fenêtres, toiture…). Or une rénovation globale impose un investissement très important aux propriétaires, et dans bien des cas, les projets n’aboutissent pas. Même si la rénovation par lots qui va s’étaler dans le temps, est moins efficace, cela l’est toujours plus qu’un projet abandonné. Il faudra donc que cette nouvelle plateforme FAIRE.fr et les aides associées permettent au besoin d’étaler dans le temps ces travaux.

Mon autre point de vigilance concerne la capacité des professionnelles à pouvoir faire face au boom de l’activité que doit entrainer cette nouvelle politique du gouvernement en faveur de la rénovation de l’enveloppe énergétique. Car aujourd’hui, tous les acteurs du bâtiment sont limités dans leur développement.

Difficultés à recruter et toujours aucune visibilité sur l’avenir sur CITE

Qu’est-ce qui bloque ?

Sylvain Bonnot : Ce qui bloque ce sont les possibilités d’embauches. Aujourd’hui, tous les corps de métiers n’arrivent plus à recruter faute de candidats, ce qui nous empêche de monter en capacité. Et cette situation d’urgence à de fortes conséquences sur l’activité. Par exemple, ces dernières semaines, j’ai été obligé de fermer l’une de nos filiales de rénovation auprès des particuliers, la société IFIDF (Isolation Façade Ile-de-France). Et cela uniquement à cause de la difficulté à recruter de la main d’œuvre ou de la sous-traitance. Car les carnets de commande sont plein mais il est devenu impossible de trouver des poseurs qui réalisent les travaux. Donc s’il y a bien un volet « montée en compétences des artisans pour la rénovation » dans les annonces gouvernementales, il faut surtout qu’il soit couplé à un effort en faveur de la valorisation de ces métiers.

De manière plus générale, François de Rugy vient de succéder à Nicolas Hulot à la tête du ministère de l’Ecologie. Quels sont vos premières attentes ?

Sylvain Bonnot : La principale est la visibilité. Tous les professionnels du bâtiment travaillent actuellement sur des projets qui seront facturés en 2019 et au-delà, et nous n’avons toujours aucune information sur ce que va devenir le CITE au 1er janvier 2019. C’est quand même assez dramatique, de devoir dire à un client qu’on ne peut pas le renseigner ou de devoir naviguer à vue sur l’orientation des grands projets. Pour nous développer, nous avons besoin de clarté et d’avoir confiance en l’avenir !

Partager cette actualité

Myral Pro, solutions d'isolation par l'exterieur et d'habillage de façade de batîments publics et logements
© Myral | ZI rue du Triage 21120 Is-sur-Tille | tél : 03 80 95 40 70 | fax : 03 80 95 40 73 | Mentions légales
Nous utilisons des cookies
Ils assurent le bon fonctionnement du site.
En continuant votre visite, vous acceptez leur utilisation.
En savoir +